« RENISS CHANTE LES CLASSIQUES » : UN HOMMAGE DIGNE AUX ICÔNES DE LA MUSIQUE AFRICAINE

Après la sortie de l’album « Tendon », la chanteuse du label Newbell Music Reniss est revenu le 8 mars dernier avec l’EP « Reniss chante les classiques ». Dans son EP, elle témoigne de la plus des manières son estime pour ces dames et icônes légendaires de la musique africaine  à savoir Miriam Makeba, Bella Bellow, Monique Seka, Bebe Manga et Cesaria Evora.

Reniss associe toujours dans son style les rythmes africains traditionnels et bantous et des rythmes urbains et Hip Hop. Le résultat de cette fusion est remarquable et les titres « La Sauce », « Dashiki » et « Pilon » parlent d’eux-mêmes. Elle a fait un tour dans l’univers de ces icônes de la musique africaine et a repris leur titre phare à succès. Il est question pour moi d’évoquer parmi ces titres, celui qui a été magistralement exécuté. Ce nouveau projet de Reniss est en téléchargement gratuit sur le site www.newbellmusic.com

« Sodade » de Cesaria Evora   

Le titre « Sodade » est une merveille musicale composée et interprétée par l’artiste capverdienne Cesaria Evora. Reniss s’est mise dans la peau de cette icône en apportant sa personnalité. Elle a repris ce titre avec les mêmes mots, la même gamme, le même timbre vocal et la même « vibe ». La seule différence réside dans l’expérience et le vécu qu’a eu Cesaria Evora lorsqu’elle composait et interprétait cette chanson. Il s’agit du titre (Sodade) que Reniss a repris comme il se doit en revêtant le même costume que la mama Cesaria.

https://youtu.be/qx4z9V2hydQ

« Pata Pata » de Miriam Makeba     

L’utilisation de la langue anglaise est un atout pour Reniss sur ce titre vu son appartenance linguistique. Elle  reprend ce titre avec un timbre vocal un peu différent de celui de Miriam Makeba. La mama Makeba a fait ce son suite au contexte de son époque et de son temps et traduit ses émotions comme si elle en a l’habitude. Elle a repris cette chanson en se mettant dans la peau de cet icône la musique. Son mérite est d’avoir interprété les lyriques de la chanson comme la mama mais Reniss a mis un peu de sa personnalité à la fin de ce titre.

https://youtu.be/Zq5S5sH1Ikk

« Okaman » de Monique Seka

Reniss a interprété les paroles (en dialecte ivoirien) de cette chanson de Monique Seka avec beaucoup d’aisance. Monique et cette chanson ont fait une seule et même entité car cette mélodie coule en elle. Elle n’est pas loin de Monique car elle est entrée dans sa peau un moment en reprenant cette chanson mais elle est sortie aussitôt vers la fin puisque les émotions, les sentiments et les éléments du contexte de l’époque ne sont pas identiques.

https://youtu.be/Mui42mW67BQ

« Mota Benama » de Bebe Manga

Cette chanson de Bebe Manga n’est pas facile à reprendre mais Reniss l’a fait. Elle n’a pas eu le même timbre vocal que Bebe Manga car elle entre dans les temps (de la musique) mais le vécu et l’émotion ne sont pas si forts comme ceux qu’a investis la mama dans cette chanson. A un moment, Elle a élevé la voix comme son prédécesseur mais le ressenti et l’expérience de Bebe Manga font la différence.

https://youtu.be/CRavYiZP7po

« Zelie » de Bella Bellow

Reniss a repris cette chanson de Bella Bellow avec un vocal identique, la même gamme et le même tempo. La différence se situe au niveau de la motivation, le contexte et l’époque (celle de la sortie de cette chanson). Bella Bellow s’est inspirée de son vécu et des réalités de son temps alors qu’elle est partie de cette version originale pour faire sa reprise en y mettant tout son attention. Sa personnalité et sa jeunesse se ressentent dans les mélodies et sa volonté de faire mieux est aussi présente.

https://youtu.be/4R1b07M_5Ac

 

Elle chante bel et bien les classiques et a repris comme il se doit des chansons éternelles des voix de légende féminines. Pour moi, la chanson « Sodade » de la capverdienne Cesaria Evora est la meilleure reprise de Reniss. « Pata Pata » de la sud-africaine Miriam Makeba est aussi une reprise remarquable que « Okaman » de Monique Seka.

 

https://www.facebook.com/RenissOfficial/

http://newbellmusic.com/discography/reniss-chante-les-classiques/

 

SKILL PAPY EN MODE « HIGH » DANS « FLY »

La chanson et le clip « Fly » sont une merveille musicale composée des sonorités et des mélodies venus du Cameroun et de la Jamaïque. C’est une fusion entre le Rap et le Reggae et ce brassage est au rendez-vous de la classe et du charisme du rappeur Skill Papy. Ce clip réalisé par Zooma Pictures, est en ligne sur youtube depuis le 17 février dernier et est un extrait de l’album « Éponyme ».

« Fly »: la musique fait voler dans les airs et les cieux

La musique fait voler dans les airs et les cieux puisqu’elle est magique, exceptionnelle et adoucit les mœurs.Elle emporte à un moment celui qui l’écoute et la consomme avec amour, paix intérieure et bonheur. Skill Papy réponds de la plus belle des manières sur cette chanson et Krysley Ndam exécute parfaitement les chœurs et les harmonies à travers un chant (en mode reggae).

Le message est très mélodieux et se conçoit facilement. Il sait que rien ne sert de courir, il faut travailler dans le silence et seul le succès fera le bruit à la place de celui qui a bravé les obstacles. Il fait son chemin dans la musique et il connait aussi la victoire au point où la musique le transporte vers le gloire, le bonheur et une vie paisible.

Le clip « Fly »

Le clip est tourné à la plage de Kribi avec un temps qui fait si beau et si doux. Le climat et son paysage sont attirants et pittoresques. Skill Papy est sur la plage dans un petit engin roulant et il s’amuse dans le rap et le « floor ». On observe les cocotiers et pleins de personnes dansent et prennent du plaisir. Il est propre aux réalités du Cameroun avec ses couleurs, les habitudes à la plage, l’ambiance et le fête du soir dans les villages des localités balnéaires.

https://www.facebook.com/skillpapy/

 

LES LAURÉATS DES « CANAL D’OR » ACTE 11

Il s’agit de ceux qui ont remporté un prix dans les différentes catégories qui sont au nombre de 16 et les deux autres catégories sont pour des prix spéciaux.

Meilleur artiste de musique Gospel : Guy Michel Kingue

Meilleur artiste World : Armand Biyag

Prix d’encouragement : Indira

Meilleure comédienne : Monica (Antoinette Ngo Ndengue)

Meilleur comédien : Thierry Ntamack (La patrie d’abord)

Meilleur artiste d’inspiration folklorique : DJ Gerrard Ben

Meilleur vidéogramme : NS Pictures de « Ndutu » de Locko

Meilleure série TV : La reine blanche

Meilleur humoriste : Moustik Le Charismatik

Prix spéciaux : Ange Ebogo, Moni Bilé, Grace Decca, Meiway & Barbara Kanam

Révélation Afrique centrale : NG Bling (Gabon)

Meilleur artiste Afrique centrale : Idylle Mamba (RCA)

Meilleur artiste africain : Ferre Gola (Togo)

Révélation musicale : Locko

Chanson populaire : « Coller la petite » de Franko

Meilleure artiste féminine des musiques urbaines : Reniss

Meilleur artiste masculin des musiques urbaines : Mr Leo & Locko

Meilleure artiste féminin : Coco Argentée

Meilleur artiste masculin : Dynastie Le Tigre

Locko a réussi à gagner deux prix et le rappeur a gagné le prix de la chanson populaire puisque c’est grâce à ce titre qu’il est disque d’or.

 

 

LES FAITS MARQUANTS DES CANAL D’OR ACTE 11

La prestigieuse cérémonie de récompense les « Canal d’Or » a eu lieu hier le 04 mars au Palais des congrès à Yaoundé la capitale politique. Cette cérémonie a récompensé les acteurs de la culture camerounaise et s’est déroulé en présence de la Première Dame du Cameroun, des membres du gouvernement et des hommes de la culture.

Il est question ici de mettre l’accent sur les faits majeurs et précis qui ont marqué positivement le show et le spectacle des « Canal d’Or » Acte 11. Des moments exceptionnelles qui sont immortalisés à jamais dans l’histoire de la culture camerounaise.

Ces faits marquants: l’éclair spectaculaire de Tenor

Nous évoquerons en premier lieu la prestation scénique et remarquable du rappeur Tenor. Il a mis la salle du palais des congrès en ébullition avec son titre fétiche « Do le dab ». Il bouge sur scène avec aisance, il est vif et bouge avec son corps aussi bien avec ses bras. La Première Dame Chantal Biya était aussi de la partie et a fait le geste Do le dab . Les guests et les autres invités se sont levés de leur chaise pour danser comme les hôtesses de la soirée au rythme #Doledab de l’enfant prodige du rap camerounais. Les uns et les autres ont vibré à cette cadence de Tenor qui a enflammé musicalement le palais des congrès. C’est la preuve vivante qu’il est l’exemple du rêve camerounais.

Le selfie de Kelly White avec la Première Dame

L’une des présentatrices de cette cérémonie Kelly White s’est prêtée à un humour qui a suscité autant des rires. Elle a réalisé son challenge en prenant un selfie avec la Première Dame et les autres invités de cette soirée de gala. L’autre présentateur Pascal Pierre a aussi joué à ce jeu de selfie et il faut avouer que c’est vraiment plaisant et divertissant.

Les prix spéciaux 

Les prix spéciaux sont ceux qui ont été remis aux artistes camerounais et africains pour l’ensemble de leur carrière et des merveilles qu’ils ont accomplies. Il s’agit d’Ange Ebogo Emérent, Moni Bilé, Grace Decca, Meiway (Cote d’ivoire) et Barbara Kanam (République démocratique du Congo). Ils sont des légendes qui ont fait bouger le Cameroun et l’Afrique entière avec des tubes phares.

Les prestations individuelles de Barbara Kanam, Grace Decca et Meiway

La congolaise Barbara Kanam a presté sur le podium du palais des congrès dans un style glamour et fun. Elle est descendue du podium et a dansé et chanté avec la première dame en effectuant quelques pas de danse. Les invités femmes étaient debout et ont participé à ce moment de joie.

Grace Decca a prôné un message de paix et sa prestation était à la fois douce avec un soul makossa paisible dans une atmosphère calme. A la fin, son acclamation se suit et elle s’en va ensuite remercier la première dame et lui des câlins.

Meiway était bel et bien de la partie puisqu’un mix de ses chansons à succès (Zoblazo, Oyéée, Bamiléké, Lolos) est exécuté et ses danseurs qui l’accompagnent, mettent la salle du palais des congrès en ébullition. Il descend du podium et se prosterne devant la première dame et lui fait un bisou sur l’extérieur de sa main.

Prix d’encouragement et la prestation d’Indira

Un prix d’encouragement a été attribué à une jeune Gospel de 14 ans au nom d’Indira qui l’a reçu des mains de la légende Nkotti François car elle est talentueuse au point d’être nominée aux « Canal d’Or ». Par la suite, elle est restée sur la scène et a interprété l’une de ses chansons Gospel aux rythmes Bikutsi. Une prestation remarquable accompagnée des danseurs qui effectuent des chorégraphies dignes de ce nom.

La victoire de Dynastie Le Tigre dans la catégorie meilleur artiste masculin

L’artiste d’Afro-Reggae Dynastie Le Tigre a remporté le prix du meilleur artiste masculin et il n’en revenait pas au point de fondre en larmes. C’est la Première Dame qui lui a remis son trophée et s’est mis à le consoler en lui donnant un mouchoir afin qu’il sèche ses larmes.

La photo de famille

La Première Dame Chantal Biya a pris une photo de famille avec tous les lauréats de la soirée à savoir Guy Michel Kingue, Armand Biyag, Indira, Monica, Thierry Ntamack, DJ Gerrard Ben, Moustik, NG Bling, Idylle Mamba, Locko, Franko, Coco Argentée, Dynastie Le Tigre, Moni Bilé, Meiway, Ange Ebogo, Grace Decca, Barbara Kanam et Ebénéze Kepombia.

Les faits exceptionnels et marquants des « Canal d’Or » acte 11 ont été évoqués, ainsi nous pouvons faire un récapitulatif des lauréats de cette cérémonie. Les gagnants de chaque catégorie sont les suivants:

Meilleur artiste de musique Gospel : Guy Michel Kingue

Meilleur artiste World : Armand Biyag

Prix d’encouragement : Indira

Meilleure comédienne : Monica (Antoinette Ngo Ndengue)

Meilleur comédien : Thierry Ntamack (La patrie d’abord)

Meilleur artiste d’inspiration folklorique : DJ Gerrard Ben

Meilleur vidéogramme : NS Pictures de « Ndutu » de Locko

Meilleure série TV : La reine blanche

Meilleur humoriste : Moustik Le Charismatik

Prix spéciaux : Ange Ebogo, Moni Bilé, Grace Decca, Meiway & Barbara Kanam

Révélation Afrique centrale : NG Bling (Gabon)

Meilleur artiste Afrique centrale : Idylle Mamba (RCA)

Meilleur artiste africain : Ferre Gola (Togo)

Révélation musicale : Locko

Chanson populaire : « Coller la petite » de Franko

Meilleure artiste féminine des musiques urbaines : Reniss

Meilleur artiste masculin des musiques urbaines : Mr Leo & Locko

Meilleure artiste féminin : Coco Argentée

Meilleur artiste masculin : Dynastie Le Tigre

 

 

 

FEATURIST : AVEC « ONE DAY », LE FUTUR SERA MEILLEUR

Après le titre « Famlah », le groupe Featurist revient avec une lueur d’espoir baptisée « One Day » un nouveau clip qui est sorti le 03 mars dernier sur Youtube et sur toutes les autres plates formes de téléchargement. Featurist marque donc son retour avec ce nouveau titre que nous allons présenter et analyser à travers les paroles de la chanson et l’instrumental.

Le message de « One Day »

C’est l’histoire de deux jeunes garçons qui ont peiné dans leur enfance et ont travaillé afin de récolter le fruit de leur dur labeur. Ils sont partis de rien pour arriver à la gloire dans la musique. Ils travaillent dans les studios d’enregistrement et le public les adulent lorsqu’ils chantent. Ces deux garçons sont tellement ravis de l’amour que le public et continuent dans la même lancée pour donner de la joie.

« One Day » : demain sera meilleur

Ils sont vraiment positifs et optimistes lorsqu’ils chantent « One day, i go be super star ». Ce lyrique traduit le désir de travailler dur afin d’être une star de la musique même après la vie au passage suivant « Before i die, i go be super star ». Sur le chemin de la gloire et du succès, ils font toujours face à la jalousie et la calomnie au niveau suivant « Na maquisard bi spoil my name » et « Ces gens gâtent mon nom , i don die ooo ». Mais demain sera meilleur ; la vie est belle et Dieu est merveilleux. Cette pensée traduit le passage qu’ils évoquent « Life is beautiful ; Jesus is beautiful » et ils vont plus loin en chantant « One day, i go shine, Jéhovah go bless me ». Un jour, ils vont réussir et vont briller de victoire puisque Jéhovah va les bénir et surtout bénir leur effort. Aujourd’hui, ils rencontrent des difficultés mais demain ils vont récolter le fruit de leur dur labeur l’attestent « Today na suffer, tomorrow e go waka ».  

Le beat du son

« One Day » est une saveur Afro-Beat constitué de la fusion des rythmes folkloriques de l’ouest Cameroun, des rythmes venus du Nigeria voisin et des rythmes urbains empruntés un peu au Hip Hop. Ce mélange et ce brassage de rythmes et de cadences font de cette chanson une saveur unique, particulière et exceptionnelle.

https://www.facebook.com/FeaturistOfficiel/?hc_ref=SEARCH&fref=nf

NOUVEAU CLIP : MAAHLOX LE VIBEUR PRÉFÈRE RESTER « LE FOU »

Après avoir présenté son EP « Ça sort comme ça sort » le 03 mars dernier, Maahlox Le Vibeur est revenu le même jour avec le clip « Le Fou ». Il s’agit d’une saveur Rap à travers la quelle il dénonce les coups bas de ses détracteurs et donne les raisons pour les quelles il préfère rester le fou.

Le clip

Ce clip est tourné à Paris (France) puisque nous voyons la Tour Eiffel et Maahlox Le Vibeur tourne des scènes sur des lieux publics en compagnie d’un autre garçon ou ami. Nous les observons également en compagnie des charmantes demoiselles assis le capot d’une voiture. Maahlox et son acolyte sont habillés en noir et vêtus en blanc dans une autre scène. Nous voyons dans un autre coin du clip un individu maquillé (visage) habillé comme un clown de carte en compagnie de la gente féminine avec le maquillage identique (un coté blanc, l’autre coté noir). Ils prennent du plaisir à se livrer aux jeux de hasard et d’échec.

« Le Fou » : le message, les lyriques crus et déplacées

Maahlox Le Vibeur s’adresse à ses détracteurs et ne mâche pas ses mots. Il fait savoir que ces derniers sont « des tonneaux vides qui font trop de bruit » et « ils pensaient  que j’allais tomber à partir de minuit ». Il demeure fidèle à ses principes et assume ses propos « non merci, je préfère rester le fou ; mon totem c’est le rat c’est pour cela que je préfère le trou ». Les autres lyriques de cette chanson attestent sa philosophie « ils ont voulu faire de moi le roi ; non merci je préfère rester le fou ».

A travers les paroles de cette chanson, Maahlox n’a pas besoin des soi-disant honneurs et ne veut pas faire partie d’un quelconque cercle ou réseau pour aller de l’avant. Il n’a pas besoin que les hypocrites lui offrent des ailes afin de faire de lui une victime. Les lyriques crus et déplacées sont les suivants « il y a ceux qui enculent et ceux qui se font enculer, ceux là se situent dans la deuxième catégorie » c’est-à-dire celle de ceux qui se font enculer. Il propage toujours des lyriques grossiers « dédicace à ta maman, salope, si tu veux toucher à mes sous ; sois tu me donnes ou tu me rembourses ». Le plus difficile est lorsqu’il fait à l’un de ses détracteurs « qu’elle jouit lorsqu’elle entend mon nom ». Nous constatons bel et bien que ses propos sont déplacés et inconvenants et il n’a pas vraiment froid aux yeux et ces lyriques.

https://www.facebook.com/maahlox.levibeur.7

EWUBE DANS « CHOLEH ME »: EXPRESSION PURE DU TALENT FÉMININ A LA DANCE-HALL

Le clip « Choleh me » est bel et bien l’expression pure du talent au féminin à la dance-hall et c’est l’artiste électrique Ewube qui incarne ce talent et cette énergie positive et électrique. L’expression « Choleh me » veut dire en français « ne me dérange pas » puisque Ewube s’exprime avec liberté, engagement énergétique et montre de quoi la femme est capable. Elle ne veut pas être importunée et indisposée car elle veut s’épanouir musicalement dans la joie et le fun. La dance-hall est son domaine par excellence et de prédilection et elle se lâche complètement et sans retenue sur le beat et le flow. Ses atouts physiques sont un avantage qui lui valent aussi une écoute particulière et une attention. Sa voix fine et suave prend souvent des allures de stentor dans le « moov » et elle maintient toujours sa « vibes » au summum.

https://www.facebook.com/itsewube/

https://www.facebook.com/jennyfer.ewube

 

SIR NOSTRA FAIT SON RETOUR AVEC «LAISSEZ LES DJOSS », UN RECUEIL DE CONSEILS EN MATIÈRE DE RAP

Le rappeur Sir Nostra, membre du collectif Les Géomètres a fait son come-back dans le monde du show-biz et du Hip Hop avec la tuerie « Laissez Djoss ». Il s’agit d’un recueil de conseils en matière de rap puisque Sir Nostra témoigne qu’il ne joue pas à la « Maahlox » et ne verse pas dans la vulgarité.

« Laissez les Djoss » : un message signé Sir Nostra

Sir Nostra ne s’attarde pas sur les commérages, les médisances, les calomnies, les diffamations et les coups bas insinués derrière son dos. Pour lui, il faut « les laisser djoss » c’est-à-dire les laisser parler car ils sont libres de dire n’importe quoi mais lui (Sir Nostra) il continue d’avancer et poursuit sa route dans le Rap. Il est claire lorsqu’il dit que son rap ne verse pas dans la pornographie et l’obscénité. Dans l’audio, il fait savoir que ses techniques de rap sont impressionnantes et percutantes au point de terrasser comme Wolverine les adeptes du commérages et ceux qui parlent derrière son dos. Sir Nostra se positionne comme un rappeur d’une dimension considérable et entend bien le rester. Ceux qui ne savent pas rapper doivent garder le calme et prendre le bon exemple.

Performance de Sir Nostra et percussion du beat

Il a des techniques de rap intéressantes et ses punchlines sont remarquables. La maitrise à son niveau de la langue de Molière est toujours un atout pour son style. Il fait aussi l’usage de l’argot camerounais, une expression très fréquente dans la musique et le Hip Hop en particulier. Sir Nostra rappe en donnant des leçons de rap comme un professeur qui donne un cours magistral aux étudiants à l’Amphi. Quant au beat, il est fait des percussions purement rap et avec des pieds qui retentissent fortement. A un moment, le beat prend une connotation Trap avant de revenir à l’étape précédente. Nous pouvons affirmer que ses paroles ne sont pas légères et il prend position comme un rappeur qui véhicule pas des vulgarités.

https://www.facebook.com/profile.php?id=100008279436750

DAPHNE DEVOILE LE SINGLE « CALÉE » : PERFORMANCE ET STYLE EN PERPÉTUELLE ÉVOLUTION

La chanteuse Daphne apporte un nouveau souffle musical baptisé « Calée » et ce single audio est produit par l’homme fort d’Alpha Better records Salatiel. Il s’agit d’une saveur à la fois love, fun et douce avec des rythmes d’Afro-Zouk et d’Afro-R&B. Nous allons présenter et analyser cette performance de Daphne en mettant l’accent sur son style en perpétuelle évolution.

« Calée » : le message et les lyriques

Le message que Daphne fait passer est précis et claire car elle exprime son amour vis-à-vis d’un mec et elle ne peut pas s’en passer de lui. Daphne est folle d’amour et ne peut pas se passer de le regarder et de l’admirer. Elle est éprise de lui au point d’être calée uniquement sur lui et ne jure que par son nom sentimentalement et amoureusement. Le mec en question doit connaitre l’amour qu’elle lui porte afin de ne pas être surpris. Les paroles suivantes le confirment « Je veux que tu know ooooooh que je t’aime »; « il me manque des mots ooooooh pour te dire que je t’aime » ; « Cette fois, je suis calée oooooh »; « Le gars là me tue avec son regard, je suis calée » ; « les risques conséquences je m’en fous je suis calée » ; « le gars là me bolè avec son regard je suis calée ».

Performance et style en perpétuelle évolution

Daphne évolue à travers des chansons et son utilisation de la langue française prend aussi de l’ampleur. Elle rend ses mélodies vives avec plusieurs colorations à travers les deux langues officielles, certaines langues maternelles et l’argot. Dans cette chanson, elle fait l’usage du « franc-anglais » et il s’agit d’un plus pour cette chanson.  Elle s’affirme davantage avec beaucoup de sérieux et de plaisir dans ses textes, sa mélodies et ses harmonies. Ses paroles ne sont pas provocatrices, ni obscènes, ni grossières et ni vulgaires. C’est une artiste dont le talent prend davantage le dessus au fil des textes et des chansons.    

https://www.facebook.com/DaphneSME/

https://www.facebook.com/daphne.njie.31

 

 

TENOR DANS « PURPLE LAMBORGHINI »: ENTRE CLASH ET BLING BLING

Après « Kaba ngondo », le rappeur Tenor revient avec une autre tuerie qu’est le remix africain du titre « Purple Lamborghini » de Skrillex et Rick Ross. C’est un rap bling bling, swag, brillant accompagné des clashs et une petite bringue entre les jeunes.

« Purple Lamborghini »: hardcore et  clash pure

Tenor ne mâche pas ses mots, il est cru et direct et dit que  » je m’en fous si la plupart de vos flows sont pourris; votre rap sans moi c’est comme un homme sans pénis; quand j’arrive dans leur périmètre ils se sentent bizarre comme quand tu nyass une go sans qu’elle ne gémit ». Les concernés se connaissent et Tenor va même jusqu’à dire « rapper sur des politiques ne veut pas dire rapper; faire un hit ne veut pas dire rapper ». Dans cette chanson, il y a des mots clés qui concernent certains acteurs du mouvement urbain camerounais. Il est courageux, tenace et audacieux dans ses paroles et n’a pas froid aux yeux quand il s’adresse aux hypocrites.

Le bling bling au rendez-vous

Tenor fait son clash dans le luxe et tout est brillant dans sa bulle. Il est dans un jet où le cigare et le champagne coulent à flot. Il surfe sur les ailes de son jet privé torse nu muni d’un champagne. Il s’amuse autant avec ses potes auprès des voitures. Il est au dessus des voitures dans un garage en compagnie des gardes du corps torse nu et musclés. Il se lâche dans son flow et prend plaisir à rapper et « trapper ».

https://www.facebook.com/tenor.yamo