AMUGU: L’ARME FATALE ET LA FORCE TRANQUILLE

15965920_1860906184121962_3964116471572748840_n

J’ai vu ce garçon à l’émission « Mboa » en compagnie de Tony Nobody toujours accompagné de sa guitare. Son instrument « fatale » ne le quitte et il accomplit des merveilles avec sa voix exceptionnelle et sa guitare. Amugu s’inscrit dans un régistre R&B et afro-pop et possède tellement pour se hisser au devant de la scène. C’est la valeur sure des musiques urbaines code 237 et la torche du label Blaxity. Il est le seul qui démarque et sa mélodie a déjà conquis les cœurs des amoureux de la belle musique.

De « Etam Etam » à « La fille du mboa »

Il commence d’abord par frapper si fort avec « Etam Etam » qui attire autant de regards et c’est là qu’on voit en lui un pépite de talents. Il est un musicien remarquable et un chanteur talentueux. Il n’a rien à envier et son chemin se dessine petit à petit. Il suscite pour ma part le respect, l’humilité et la modestie et va sauf que se hisser au sommet des hits. « Etam Etam » a été le début et il est revenu avec une autre mélodie envoutante et douce « La fille du mboa ». Ce nouveau single n’est pas une surprise pour moi car il valorise sa culture et utilise un argot propre à la jeunesse camerounaise et son flow est percutant.

https://www.facebook.com/AMUGUofficiel/?fref=ts

http://vrjmusic.com/m1218

SALATIEL PRÉSENTE SA MÉLODIE SUAVE: « TOI ET MOI »

16142617_1246788008692241_8348001258135276050_n

 

Salatiel est de retour et je puis bien assurer aux uns et aux autres qu’il s’agit d’un retour en force très gagnant. Son nouveau single est connu et s’intitule « Toi et moi » et parle bel et bien de l’amour vrai et sincère qu’il ressent pour une femme qui est sa moitié. Le clip est annoncé et très attendu par les observateurs de la musique et les mélomanes.

Salatiel: un artiste multidimensionnel

Il est incroyable et la musique est son domaine de prédilection. Salatiel réunit plusieurs compétences puisqu’il est à la fois chanteur, rappeur, guitariste, auteur-compositeur, beat maker, arrangeur, mixeur et producteur. La chanson « Toi et moi » est faite en grande partie par lui et porte sa signature et son estampille. C’est lui qui a produit ce chef d’œuvre remarquable qu’il accompagne de sa guitare. Il fait partie des rares artistes camerounais qui réunissent autant de compétences dans le domaine musical.

« Toi et moi »: un message d’espoir et d’amour

Salatiel le dit si bien dans cette chanson car il n’a pas peur de dire à sa moitié qu’il aime et qu’il lui offre son cœur. Cet amour est à la fois sincère, véridique et éternel. Il chante pour l’espoir et traduit son attachement à sa dulcinée. Il apporte sa touche personnelle et sa « magie » à lui afin de transpercer les cœurs et de bercer les âmes. Il dévoile sa recette secrète: « Si c’est le tobassi ça marche, si c’est la tète de machoiron dans le mbongo, ça travaille ». Nul ne peut rester insensible et intouchable face à son message car l’amour n’est pas palpable et ne se touche pas et cela constitue sa plus grande victoire.

 

https://www.facebook.com/salas.livoh?fref=ts

 

 

HOBSKUR CRIE HAUT ET FORT « NE TIRE PLUS SUR LE PEUPLE »

podiumsdiskussion

Le rappeur très engagé Hobskur est revenu avec un clip et une chanson dynamique, positive et qui interpelle les uns et les autres « Ne tire plus sur le peuple ». Il s’inspire des événements et des violences qui ont eu lieu à Buea et Bamenda (région du sud-ouest et du nord-ouest Cameroun). Des événements tragiques qui ont marqué à jamais le monde entier et des violences policières répétitives.

Le message fort et interpellateur

Le message de cette chanson est clair et limpide car la police ne doit plus tirer sur le peuple, sur les citoyens et elle ne doit plus brutaliser les personnes qui veulent uniquement le bien-être. Cependant, cette police et ces forces de l’ordre obéissent à un seul gourou qui est l’État le seul détenteur de tous les pouvoirs. Hobskur a su trouver la puissances des mots et des rimes pour faire son message afin que tout le monde soit conscient de ce qui se passe et que plusieurs innocents ont perdu la vie. Il demeure fidèle à sa philosophie et à son vision de la vie. Il est temps que les choses changent et les gens prennent conscience de cette tuerie policière et de la souffrance du peuple.

La musique engagée a sa place parmi les appelés et fait partie des élus avec son message fort, percutant, atomisée et brulant. Elle réclame un monde meilleur, la justice et la lumières sur les faits demeurant dans l’obscurité. C’est une musique éternelle comme un diamant et son message reste gravé à jamais.

https://www.facebook.com/Hobskur?fref=ts

.

ANALYSE DU NOUVEAU SINGLE DE Z-TRA « C’KOMMENT »

15965976_1634956270132607_3360775557218634262_n

La poupée verte Z-Tra a fait son come-back le 14 janvier dernier avec le nouveau single « C’Komment » qui bouge déjà et vibre dans les bacs. Cette chanson a été produite par Ivo et présentée par un certain Monsieur Buzz. La poupée verte électrique Z-Tra a encore électrocuté les mélomanes avec son électrochoc musicale. Mais il est question pour nous d’analyser cette chanson et sa performance.

C’Komment: rythme afro-trap

La chanson « C’Komment » est faite à partir des rythmes d’afro-trap et ce n’est pas une surprise puisque Z-Tra a réalisé une performance identique et semblable avec la chanson « Z-Tra peut ». L’afro-Trap est le Hip Hop des africains et ce style est pratiquée par plusieurs artistes connus ou en herbe. Elle utilise une technique identique comme dans « Z-Tra peut », le tempo est semblable, la vibe est pareille et les pieds du beat ne sont pas différents de son premier single ( « Z-Tra peut »). Il n’ y a pas de nouveauté sur la forme et la différence réside au niveau du message.

C’Komment: le message

Z-Tra parle certainement des expériences qu’elle a vécue ou d’autres filles ont connues. C’est une histoire fréquente qui peut à la fois s’inscrire dans un registre de coup de gueule en ceci qu’un sponsor ou monsieur friqué veut aller « finir » avec une jeune femme après l’avoir offert une bière et un morceau de porc. La fille s’exclame et dit « C’komment, c’est parce que tu m’as donné une bière et un morceau de porc que tu vas voir le gésier ». Ce n’est pas pour cette raison qu’une fille va céder. L’histoire de cette chanson peut aussi s’inscrire dans une logique de vulgarité car ce sont des faits ordinaires et non nouveaux qui font partie du vécu quotidien.

C’Komment: le fait marquant 

Le fait marquant se situe au niveau des paroles lorsqu’elle fait savoir « qu’elle ne pas aller avec le type en question car elle lui a demandé qu’ils aillent à Tchop et Yamo, il a refusé puis il lui donne des petites choses afin d’aller avec elle. La fille refuse et lui dit qu’il s’est vu, il est laid avec sa calvitie, son gros ventre et sa peau extrêmement noire ». Lorsque la chanson finit, la fille et ses amis se moquent du monsieur en question, se mettent à rire et disent qu’il est laid.

Z-Tra a probablement plus d’un tour dans son sac et ne cesse de surprendre. Il y a un peu de nouveauté dans son message mais je la préfère en mode Dance hall car elle se métamorphose et son sérieux prend des proportions énormes.

https://www.facebook.com/Ztrapeut/?fref=ts

 

http://camer.hits2babi.com/file/detail/274?music

 

https://www.vrjmusic.com

 

 

PRESS RELEASE: TUKE WITH « ALL THE WAY »

15781600_446138578843704_3365910261185635298_n

Matuke better known under his artist name Tuke is a cameroonian artist based in The Netherlands with a strong passion for music. He has been doing music unofficially for quite some time by writting lyruics and giving workshops all over different places in the netherlands. After releasing his first official singel « Ride Or Die » earlier this year, he is now releasing a new song under his brand newly furged Music label: Currency Music Group. « All The Way » is an afrobeat song for us to festively jump into the new year with our dancing shoes on.

https://www.facebook.com/IamTuke/?fref=ts

TEDDY ET INNA SIGNENT SUR LA TUERIE « JE VAIS LAISSER ?»

artworks-000183675973-18150k-t500x500

Le duo de Rap Made In Cameroon Teddy Doherty et Inna Money sont des auteurs du chef d’œuvre « Je vais laisser ? ». Il s’agit bel et bien d’une question qu’ils posent suite au problème de chômage et les conditions difficiles de vie aux quels font face les jeunes camerounais. Si une occasion favorable se présente, vont-ils la saisir ou la laisser passer ?

Un message interpellateur  

Les jeunes diplômés cherchent en vain un boulot et ne décrochent pas le précieux sésame. Une opportunité va se présenter et ils vont sauf que la saisir pour en profiter au maximum. La réalité existe et ils sont prêts à encaisser de la thune même s’il faut aller avec plus âgé qu’eux. Une personne bien aisée et riche s’intéresse à une jeune fille dont le mec n’a pas de moyens financiers. Il y a des fortes chances qu’elle accepte et se lance dans cette relation avec cette personne fortunée. Elle poursuit le confort et le bien-être et elle. Le mauvais chemin est à éviter mais ce qui est jugé sain et meilleur va être saisi et exploité par ces jeunes opportunistes.

« Je vais laisser ? » : une victoire pour le Rap 237        

Le beat ou l’instrumental est bien conçu sur le fond et la forme sans interférence. Les pieds du beat sont bien exécutés et sonnent comme il se doit. C’est un Rap lourd, précis et percutant à travers le flow. Teddy Doherty et Inna Money réussissent aussi bien dans un rap à la fois pure, véridique, fun, bling bling, dansant et conscient et un afro-trap bien entonné. Ce duo (Teddy et Inna) a son mot à dire en matière de rap car il apporte plusieurs touches avec une utilisation de l’argot camerounais propre à sa jeunesse.

https://www.facebook.com/teddy.doherty?fref=ts

https://www.facebook.com/murieldiangaga?fref=ts

 

LES ENJEUX DE LA PRESTATION DE FRANKO ET CIE A L’OUVERTURE DE LA CAN 2017

15941430_635285243322768_9200208071019788961_n

Franko faisait partie de plusieurs artistes africains et internationaux qui ont presté hier à l’ouverture de la CAN 2017 au Gabon. L’enjeu était au rendez-vous et les illustres hôtes ont répondu favorablement et amicalement à l’invitation du président gabonais Ali Bongo. Dès lors, quels sont les enjeux de la prestation de ces artistes ? En plus, quel est le coté flop de ce show d’ouverture et d’avant-match ?    

Les enjeux en question  

Le Gabon sort d’une crise « après élection » et le président élu Ali Bongo profite de la coupe d’Afrique des nations pour montrer aux yeux du monde que son pays est accueillant, chaleureux, amical et vivable. Il a invité des artistes africains et internationaux afin qu’ils prestent à l’ouverture de la CAN et apportent de la joie au peuple gabonais. Il s’agit du camerounais Franko le récent disque d’or, le nigérian Davido, les artistes Mohombi, Lumino et Diamond sans oublier les artistes internationaux Akon et Booba. L’autre enjeu c’est que le show-biz se rend bel et bien compte que les musiques urbaines françaises passent comme il se doit en Afrique jugé bon receveur et la venue de Booba est l’une des raisons.

La prestation de Franko et la valorisation du vert-rouge-jaune  

Franko a vécu de forts moments dans sa carrière d’artiste au Gabon et il a presté à l’ouverture de cette CAN. Il avait vêtu le maillot vert des lions indomptables et tenait en main le drapeau camerounais. Il a entonné son titre fétiche « Coller la petite » pour le plus grand bonheur de quelques fans présents. Il bougeait et courait même sur la scène. Derrière son maillot était floqué son nom « Franck Kingue ». L’Afrique et le reste du monde l’ont une fois de plus admiré et acclamé.

Le coté Flop de ce show d’ouverture et d’avant-match    

Je me rends bien compte qu’il « y a une plaie qui n’a pas complètement cicatrisé dans ce pays ». Je parle bel et bien du Gabon puisque le stade n’a pas fait le plein pour cette cérémonie d’ouverture et les spectateurs n’étaient pas assez nombreux pour vivre ce show.  Personne n’a vu le séchage de Booba sur la dernière main tendue en entrant au stade. C’était incroyable de voir aussi peu de monde à cette cérémonie d’ouverture d’une Can. Le grand absent de ce début (ouverture) c’est le public. Je me demande bien ce qui n’a pas marché ? En plus, Booba portait un tee-shirt floqué la carte de l’Afrique contenue de drapeau mais il n’y avait pas le drapeau du Gabon qui l’a invité. Il a chanté devant 300 personnes environ et il a certainement compris l’effet que ça fait. Booba avait l’impression d’avoir les hiboux devant lui.

https://www.facebook.com/iamfrankoofficiel/?fref=ts

L’ANALYSE DU CLIP « C’EST MA NYANGO » DE GEORGES BREEZY

15826269_1534362569910713_1643139750415037387_n

L’artiste de R&B Georges Breezy a fait son come back sur la scène musicale avec une autre coloration et une autre facette de sa personne. Il s’agit du clip « C’est ma nyango » qui est sorti le 6 janvier dernier sur youtube et fait son chemin dans le couloir des mélomanes. Nous allons analyser ce clip et la chanson en question pour ressortir les points forts et se positionner sur un axe futur.

Georges Breezy : la métamorphose et la touche afro

Il a apporte une autre touche de lui du point de vue artistique puisqu’il s’agit cette fois-ci d’une touche afro-r&b. Le beat ou instrumental, le tempo et le rythme illustrent bel et bien que c’est de l’afro-r&b. Georges Breezy n’avait pas encore chanté sur ce genre d’instrumental car il a toujours fait un r&b à la M. Pokora ou encore à la Singuila. Il utilisait un vocabulaire love sans toutefois Camerounais. Il a présenté aux mélomanes un autre menu dont ces derniers accueillent favorablement. Ce menu s’intitule « C’est ma nyango ». Le titre parle en sa faveur et montre déjà que le contenu est aussi camerounais. Au Cameroun, le terme « nyango » veut dire jeune femme, jeune fille, meuf, petite amie, la « go » ou encore une meuf dont un mec a jetée son dévolu. On se rend bien compte que Georges Breezy a jeté son dévolu sur sa nyango. Il utilise aussi des expressions et un argot propres à la jeunesse camerounaise.

Le contexte du clip en question

Le clip est tourné dans un village au Cameroun (Afrique Centrale). La vie au village est mise en lumière avec sa brousse, ses petites pistes et les maisons en huttes et terre battue. Les villageois vont au champ tous les jours pour faire des travaux. Ses habitants vont au marigot pour puiser de l’eau et les familles rentrent du champ avec les fagots de bois. Les protagonistes Georges Breezy et sa nyango sont vêtus en habits traditionnels (sandja et kaba ngondo). Le paysage du village est valorisé comme la culture camerounaise et ses traditions.

https://www.facebook.com/georges.breezy?fref=ts

            

 

TEDDY ET INNA CRIENT QUE « CA CHAUFFE »

artworks-000183676071-btvbei-t500x500

Le message et la portée de cette chanson

Teddy Doherty et Inna Money mettent en lumière le problème de prostitution à travers la chanson « Ça chauffe ». Au Cameroun, un expression qui qualifie les prostitués « les vendeuses de piment ». Ils disent que le piment de la go chauffe trop car la vendeuse de piment vend son piment à gauche et à droite, ça chauffe au point tout le monde la sollicite pour le produit et le résultat qui suit c’est l’argent, les téléphones dernière sortie. Toutes les couches de la société sont concernés par ce phénomène et les duo de choc met en évidence les causes et les conséquences. Les jeunes filles sont les exposées par ce problème de prostitution car elles fréquentent les mauvaises bandes et elles sont vulnérables face à cela. Tout le monde est interpellé puisque cette chanson conscientise afin que chacun prenne conscience.

https://www.facebook.com/teddy.doherty?fref=ts

https://www.facebook.com/InnaMoney/?fref=ts

 

TEDDY, MALIK & INNA JOUENT A LA « ABOUDI ONGUENE »

artworks-000200726914-0x9u7k-t500x500

Le duo de choc du rap Made In Cameroon Teddy Doherty et Inna Money ont frappé fort avec le titre « Aboudi Onguéné ». Ils collaborent sur ce titre avec le rappeur Malik et il s’agit du remix de de la chanson « Roger Milla » de MHD. Le titre « Aboudi Onguéné » de Teddy Doherty, Malik et Inna Money est une chanson d’Afro-Trap et rend un hommage à la prestation de l’équipe féminine du Cameroun de football lors de la CAN 2016 et en particulier à la joueuse Aboudi Onguéné.

La touche de Teddy, Malik et Inna

Le trio utilise fortement l’argot propre à la jeunesse camerounaise. Ils clament haut et fort le refrain « lance la jong, on amortit, si tu ndem c’est le penalty, on est rapide comme aboudi onguene, si tu veux nous oll, on te bring sur un coté ». Ce refrain traduit la vie et le vécu quotidien des jeunes. Il ne sert à rien de bruler les étapes et de s’accrocher sur des peines perdues d’avance. Il faut poser des actes valables car le contraire retombe sur ceux qui ont posé des actes reprochables. C’est un remix qui va plus loin que la chanson originale (Roger Milla de MHD). C’est un song afro-trap qui conscientise et qui éduque en faisant danser et voilà une victoire de cette chanson.

https://www.facebook.com/InnaMoney/?fref=ts

https://www.facebook.com/teddy.doherty?fref=ts