LA MUSIQUE BANTOUE DANS LE TEMPS ET L’ESPACE

Le titre est bel et bien : La musique bantoue dans le temps et l’espace. Ce n’est pas anodin ou hasardeux de titrer ainsi ce billet.
Le spectacle et la musique n’ont pas manqué lors du concert de Marsi Essomba le vendredi 27 avril 2018 à l’Institut Français de Douala.
Le groupe de Rock Pioneers débute les festivités pour cette première partie. Mais le rappeur Sadrak les rejoint et Le membre du groupe Negrissim met enchante les spectateurs avec le titre « Rock Makossa ». Après cette première partie, présentation de l’opus Bantu Trubadur,  la musique bantoue transversale du temps et de l’espace prend donc le pouvoir. Après la minute Slam,  Marsi, Taty Kona, Lady B et Agathe Djokam marquent les esprits et livrent une prestation remarquable. Notamment ce Slam et ce chant du désespoir des femmes victimes des violences.

 

Marsi Essomba est un musicien qui joue magistralement à la guitare. Sa polyvalence est salutaire et sa musique est faite de colorations, de mélange et de métissage. Remarquable sur la scène, il plonge chacun dans un univers de faits d’ici et d’ailleurs. Il est accompagné des musiciens Tawamba et Epoh. Il s’amuse avec les spectateurs en les faisant participer au spectacle. D’autres faits marquants de ce concert : le duo de Marsi avec Lady B, la prestation solo de Taty Kona et la chorégraphie majestueuse de cette danseuse française aux côtés de Marsi. À la fin du spectacle,  il a tenu à remercié ceux qui l’ont accompagné pour cette aventure.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s