NON AUX VIOLENCES FAITES AUX FEMMES, IL EST TEMPS QUE LES CHOSES CHANGENT

Moi TNK, je prends position en tant que blogueur, homme, futur père de famille et futur époux pour dire Stop et Non aux violences faites aux femmes. Rien n’est plus beau que de se mettre aux cotés des causes nobles et justes afin que les uns et les autres se portent mieux dans notre société. Les cris sont visibles et palpables, les blessures sont réelles et les séquelles sont éternelles. La peine me gagne lorsque je vois et j’échange avec des victimes, ce sont nos mères, nos sœurs et nos amies. Parfois l’émotion est forte et nul ne peut retenir ses larmes, moi y compris. C’est la raison pour laquelle je m’érige à travers ma plume pour condamner ces violences faites à celles qui nous ont mise au monde et qui donne la vie à nos enfants.

L’image contient peut-être : 1 personne, debout et texte

 

Le mouvement #Jaidécidédevivre a lancé cette campagne pour s’élever contre cette lâcheté, cette bestialité et cette barbarie. Le slogan n’est autre que « Dites NON aux violences faites aux femmes et à la jeune fille ». Plusieurs célébrités camerounaises ont répondu présentes pour apporter leur soutien à cette cause et à cette philosophie. Ils se sont mis la main dans la main sans tenir compte des préjugés et des différences pour barrer à jamais ce type de violences. Les artistes Charlotte Dipanda, Stanley Enow, Tenor, Salatiel, Locko, Ko-C, Krys-M, Daphné et Blanche Bailly ont dit Stop aux violences faites à la gente féminine. Les animateurs Fidjil et Nabil Fongod ont pris part à cette campagne en joignant à ces artistes. La journaliste et victime des violences Minou Chrys Tal était également de la partie. D’autres personnalités du showbiz comme Gervais Vianney (CEO Big Dreams et manager d’artiste) et de la société civile ont aussi participé à cette action.

L’image contient peut-être : 1 personne, debout et texte

 

Lorsque j’ai vu Minou Chrys Tal faire un témoignage sur une télé en ligne, elle a fondu en larmes en pensant à cette brutalité et ces souvenirs sinistres. La peine et le chagrin m’ont gagné, l’émotion est vive et j’ai essayé de me mettre à sa place, je peux imaginer que c’est atroce. Plusieurs femmes au Cameroun et dans le monde continuent d’être des victimes. Elles doivent prendre le courage à deux mains afin d’en parler. Le silence et le tabou n’ont pas leur place et l’Afrique connait également des changements de mentalité. Chacun doit prendre conscience des responsabilités afin que tout aille pour le mieux.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s