SHOW – FESTIROCK : SPHÈRE ÉLECTRIQUE ET PROPULSION DES ÉNERGIES CÉLESTES

L’unique événement dédié à la musique Rock s’est tenue le 17 février dernier au sein de la salle de spectacles de l’Institut Français de Douala. La musique n’a pas manqué son rendez-vous, l’émotion a régné, l’extase s’en est mêlée, les mélodies ont été propulsées, la sonorité a pris de l’ampleur et l’ambiance a répondu de la manière la plus vive. Cet événement s’est situé dans le cadre de partage, de communion et de l’émoi. L’excitation était grandiose, la singularité de chaque adjuvant s’est fait ressentir et les musiciens ont véhiculé le langage des instruments et des harmonies.

 

Ceci n’est point une spéculation, nous l’avons vécu en direct, nous avons ressentir l’énergie déployée par chacun sur la scène. Le milieu dans lequel l’événement se déroulait était dépassé, c’était de la musique et plus que encore de la musique. Les guitaristes, le bassiste et le pianiste ont joué chacun sans se préoccuper de la dissonance et du bruit. Ils exécutaient cette symphonie dans un ordre préétabli. Les temps musicaux s’enchainent les uns après les autres. Des ondes positives se dégagent et le public réagit réciproquement suite à la musique. Nous avions l’impression qu’ils étaient transportés lorsqu’ils jouaient chacun leur instrument. L’esprit serait certainement ailleurs mais leur corps était présent.

 

L’ambiance était électrique, le simple fait de jouer ses instruments, a procuré des émotions fortes et a émis des vibrations et les baffles ont fait jaillir les décibels jusqu’aux confins de cette salle de spectacles du temple de la culture. Les artistes et les musiciens qui se succédaient sur la scène, ont contribué à « électrifier » l’ambiance. Nous évoquons ainsi le groupe de Rock Sons of Bird qui a repris quelques titres des années 60 et 70. Ensuite, l’artiste et musicien Marsi Essomba qui a presté en affichant sa polyvalence et son gout pour le Rock. Le rappeur Skill Papy s’est aussi prêté au jeu du ce registre et a exploré quelques chansons Hip-hop de son répertoire.

 

Le mérité revient pleinement à Stéphane Akam, son jeu de la scène est impressionnant. Il a réussi à dompter les spectateurs et les a amenés à participer massivement et musicalement. Son interprétation sur les titres « Beat it » de Michael Jackson et « Allumer le feu » de Johnny Hallyday ne laissent nul indifférent. Tout le monde rit, chante et vibre au nom de la musique. Notons que les différentes prestations se font en live et les artistes s’expriment de la manière la plus digne et remarquable. A sa suite, Sadrak (artiste et membre du groupe Négrissim) et Alex font en live la chanson « Petite sœur ». Le meilleur reste à venir, Sadrak monte davantage au créneau et fait lever tout le monde lorsqu’il chante « Rock Makossa » et « O You ». Chacun se lève de son siège et danse au rythme de ce griot des temps modernes. Le groupe de Rock Pionniers Classiques prend le relais et prouve aux yeux du monde qu’ils sont des rock stars et ne manquent pas à l’appel. Sur un air asymétrique, les portes du rock ne se ferment pas et la valeur universelle qu’est l’amour, est toujours partagée.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s