NEW – TEKILA KAEDE EN MODE « CA TE RATE »

Après les titres « Kamer boss « , « mon bébé », ou encore « les go du dehors, le chanteur Tekila Kaede est revenu avec le single  Ca te Rate ? La sortie officielle a eu lieu le 19 mai 2018 et l’artiste était au rendez-vous de sa sortie afin que chacun puisse découvrir la chanson en question.

C’est une chanson R&B à travers laquelle il met en lumière le caractère et le comportement vicieux de certaines filles qui expriment le mépris, la médisance et la susceptibilité à l’égard des mecs. Ces dernières ont déjà nourri l’habitude selon laquelle elle croient bel et bien que ce sont les hommes qui devraient les courir après. Elles sont parfois arrogantes et se disent être assez importantes et valables que tout le reste. Pourtant cette situation ne peut pas être le cas car chacun se complète ici bas. Cette chanson met en valeur également l’humilité qui est une vertu pour tous mais combien de personnes l’emploient au quotidien ? La solitude n’est pas la clé puisque les deux sont appelés à vivre ensemble et à partager ce qu’ils ont de meilleur. 

Publicités

FLORE M, MUSIQUE BANTOUE COLORÉE DE BLUES ET DE SOUL

Nous sommes cette fois ci à la découverte d’une artiste qui continue de faire les beaux de la musique, des mélodies colorées de Blues, de Soul et surtout de Gospel. Il s’agit de la chanteuse Flore M, une artiste de couleur qui retransmet les profondeurs de sa voix (ancrée des mélodies bantoues) sur des musiques si vives et saines. Notre balade a commencé lorsque nous nous sommes arrêtés sur le titre Do My Thing.

 

Nous avons prolongé notre balade et l’aventure a proposé quelque chose d’assez agréable. Nous avions  écouté la chanson This is who i am, c’est aussi le titre et le même nom que porte son EP. Un produit musical de huit titres qui se conjugue dans les registres Soul, Gospel et Blues. La musique est si profonde, son message est si porteur au point où il véhicule des sensations fortes et agréables. La suite s’avère encore passionnante puisque sa musique et sa voix ne passent point inaperçues et ne laissent nul indifférent. La profondeur des messages est si interpellatrice si bien que chacun se laisse transporter par la mélodie.

DÉCOUVERTE – SHIFEN, RENCONTRE DES MÉLODIES D’ABONG-MBANG ET DE L’ALSACE

Nous sommes allés une fois de plus à la découverte de Shifen. Il s’agit d’un groupe fond par le musicien et chanteur camerounais Davy Kagoume (guitariste) et composé des musiciens Pol Small (percussionniste), Nils Boyny (pianiste), Théo Tritsch (bassiste), Lionel Galonnier, le batteur et Laure Fisher, la saxophoniste. Unis et réunis par la musique, ils s’expriment en choeur et en harmonie d’où la fusion des rythmes d’Abong-Mbang et ceux de l’Alsace.

 

La musique de ce groupe est une véritable rencontre entre les sonorités venues d’Afrique et celles de l’Alsace. Une véritable fusion entre ces cultures qui a donné naissance à une particularité musicale. Cette musique libre qui s’étend à l’infini et sans limite en brisant les frontières. Les balafons et les tam-tams d’Afrique sont présents dans les âmes et les esprits et la liberté de la parole via les instruments musicaux est plus forte que jamais. C’est la raison pour laquelle Davy Shifen a affirmé : « La Musique a le pouvoir de redonner à l’Homme ce que certains à un moment donné ont pris le soin de lui retirer ». Shifen est réuni au nom et pour l’amour de la musique, aucune différence n’est prise en compte, aucune couleur de peau n’est supérieur à l’autre et chaque laisse parler la musique.

 

 

TENOR S’AMUSE A L’AMÉRICAINE EN MODE BLING-BLING DANS « LVMH »

L’artiste Tenor est fraichement de retour avec un nouveau vidéogramme baptisé LVMH. Ce come-back se signale depuis le 17 mai 2018 et il s’accompagne également de la sortie de l’EP Nnom Ngui qui signifie en français le roi. C’est un coup double grandiose qui montre bel et bien que Mister « le fiang le wey le yamo » a franchi un nouveau et s’affirme de plus en plus comme un artiste au zénith de sa forme.

L’image contient peut-être : texte

Revenons en sur le clip « LVMH » qui a été tourné pour l’occasion à Paris en France et cette performance n’est pas des moindres. Tenor s’amuse vraiment à l’américaine en mode bling-bling. C’est la raison pour laquelle le contenu en dit tout, il est sapé comme un empereur (belles fringues) avec des jolies montres et montre qu’il a du gout pour les belles voitures. Il fait de la Trap sur ce son dans la langue de Shakespeare mais il garde son accent de bantou. Cette particularité montre que l’artiste apporte une originalité à son style et à sa musique.

L’image contient peut-être : texte

La chanson « LVMH » est un extrait de l’EP « Nnom Ngui » qui est composé en tout de sept titres parmi lesquels :

1- Bobo

2- Balance

3- Monsieur Mignon

4- Mariage

5- LVMH

6- Appeler (Feat. Kiff No Beat)

7- Le ventre

Cinq chansons sont produites par Ramzy sauf les sons (5) et (6) qui sont plutôt produits par Mr Behi et Tamsir.

ERIK BECK’S PRÔNE L’UNITÉ NATIONALE AVEC LE TITRE « OH CAMEROUN »

Aujourd’hui, nous parlons dans la rubrique « Découverte » de l’artiste et chanteur camerounais Erik Beck’s. Il s’exprime dans le registre du Reggae et il est l’auteur du titre nationaliste et patriotique Oh Cameroun. A travers cette chanson, il prône les valeurs du patriotisme et de l’unité nationale, une unité entre tous les camerounais du Nord, du Sud, de l’Est et de l’Ouest. Une aubaine pour les fils et les filles du « Mboa » de marcher tous ensemble la main dans la main.

L’image contient peut-être : 1 personne, sourit, sur scène et joue d’un instrument de musique

Il débute cette chanson par l’hymne national du Cameroun, puis il dit : « Au Cameroun, Berceau de nos ancêtres, tu nous kiff beaucoup. Mais les Kamer ne te kiffent plus, ta sécurité même ton unité, ils s’en foutent. A toi l’amour et le grand honneur ». Erik Beck’s dénonce ainsi les tares et les vices de ces personnes qui n’ont aucune fibre patriotique et aucun amour à l’égard de leur pays. Il dénonce les déboires de ceux qui détournent les fonds  publics au détriment de la classe ouvrière qui sombre dans la pauvreté. Il met en lumière les échecs et les défaits de chaque personne originaire d’un groupe ethnique X ou Y. Erik interpelle chacun à prendre à conscience des responsabilités qui incombent.

L’image contient peut-être : 1 personne, sourit, debout

Il invite également la jeunesse à prendre conscience des attentes et du rôle qu’elle doit jouer pour le bien de la nation. Il le dit si bien : « la jeunesse chante all les days, (…) nous enculent mais personne ne veut go au lage pour tcha la houe, on veut go à Mbeng, on devient waka, on gui le derrière, on die dans la mer et le fey. A qui la faute ? Est-ce qu’on ta cut le cerveau mon frère pour que tu crée ta part de do ? ». Nous voyons bel et bien qu’il met à nu la facilité et les pièges auxquels sont pris et exposés les jeunes. Il les demande de faire attention et de s’adonner au travail afin de récolter le fruit de leur propre effort. Chaque compatriote est interpellé à oeuvrer pour le compte et le bien de son pays afin qu’il se porte mieux à l’avenir.

 

LE SINGLE « TOUCH AND GO » DE MIHNEY, LE « WEY » DEVIENT LES « ARACHIDES »

Après le titre « Pandémie », la chanteuse du label Eben Entertainment Mihney est revenue ce mois de mai avec le nouveau single Touch and go. Il s’agit d’une chanson Afro-Pop dotée d’un lyrique strictement réservé aux adultes. Pourtant, la musique est réceptive en termes de sonorité, de percussions et de mélodies. A travers ce son (audio), elle lie la sensualité, le sexe, l’amour et les intentions cachées (venant de l’homme ou de la femme). A cet effet, voici quelques extraits des paroles : « I no want no fuck boy » (Je ne veux pas baiser garçon) et surtout « No be only with you i fit do 69 » (Ce n’est pas seulement avec toi que je peux faire le 69). Nous savons tous que le 69 est une position qui est utilisée entre un homme et une femme lors des rapports. Le mec est en dessous et couché, la femme est couchée sur lui à l’opposé.

Les lyriques ne sont pas destinés à n’importe qui mais plutôt à une catégorie de personnes bien définie. Le titre de la chanson parle de lui même, « Touch and go » (en anglais) dont la traduction en français veut dire « Toucher et partir ». Nous pouvons aller plus loin en disant qu’il s’agit de prendre et de partir. Autrement dit, lorsqu’il y’ a un rapport entre deux personnes, à la fin de l’acte, chacun s’habille et s’en va. C’est ce à quoi ce son renvoie et le wey devient à la limite les arachides. On se sert les arachides à tout vent, on en consomme et on digère ce que nous avons avalé.

« GIRL FATALE » DE MR. BIKIM, LA MUSIQUE ET TROP DE BOSSE FONT BOOM !

Quel putain de cocktail explosif ! Quel mélange se profile à l’horizon ainsi ? Il n’y a pas doute à ce point, la fusion de la musique et l’excès de bosse (postérieure ou fesse) a vraiment créé un boom énorme en termes de sonorité forte, de vivacité, de punch, de puissance sonore et de vibrations musicales. Mr Bikim est bel et bien l’auteur de cette touche Dance Hall et il a collaboré avec Princesse Léa. Le fruit de ce duo a mis au monde le titre Girl Fatale.

L’ambiance est au rendez-vous et les différents protagonistes se défoulent chacun sur la piste de danse. Le mérite revient à la gente féminine, les meufs effectuent leur chorégraphie sans réserve et assimilent parfaitement l’esprit défendu et véhiculé par cette musique. Elles ne se font pas prier et dansent sans retenue. Elles bougent leur corps et font valoir leur bosse au point de rendre le show plus électrique et accrocheur. La musique et le clip créent une envie et une sensation à forte connotation sensuelle.

La « Girl fatale » n’a plus seulement la beauté envoutante, elle met en valeur ses atouts physiques et son postérieur. Une technique qui vise à attirer davantage l’attention, tout est mis pour plaire et donner du plaisir mais cela a une limite qui ne faut pas franchir. Mr Bikim et Princesse Léa sont dans leur élément et ajoute des ingrédients qui vont créer une turbulence assez vive et chaude. Ils ont utilisé tous les moyens pour parvenir à leur fin et c’est la suite qui nous en dira. Aucun doute car cette musique et les bosses présentent créent un effet boom.

L’image contient peut-être : une personne ou plus

CLIP « MULEMA » DE SANDRINE NNANGA : MÉLODIE INTÉRIEURE ET NOUVEAUX CHALLENGES

Le vidéogramme Mulema de la chanteuse Sandrine Nnanga est bel et bien dans les bacs. Le son audio a donné un aperçu de la portée musicale, de la musique et du vocal de cette artiste. Le clip quant à lui, montre Sandrine à la fois dans la peau d’une chanteuse qui exprime ce qui vient de son coeur et celle d’un personnage féminin qui souhaite vivre pour l’éternité aux côtés de sa moitié (son homme) sans le perdre. Mulema : cette mélodie qui vient du coeur. Cette chanson vient certes de l’intérieur, au plus profond de soi mais elle annonce aussi une suite d’aventure musicale, de chansons et de nouveaux challenges qui attendent Sandrine Nnanga. C’est l’idée centrale de ce billet, la suite du titre.

Dans le clip, elle est triste et malheureuse de ne pas voir son homme à ses côtés. Ce dernier devient quasiment distant et absent à la limite. Elle passe dorénavant ses nuits sans lui au point d’être profondément rongée par la solitude et le désarroi. On voit la route se fendre en deux parties mais son cri et son amour pour lui sont si forts qu’il ne s’en aille pas. Les méfaits de cette tristesse et de cette solitude ont eu un impact sur elle au point où elle a manifesté sa colère et piquant à vif plusieurs fois le gâteau d’anniversaire. Elle a eu l’impression de se réveiller d’un cauchemar et s’assure si tout va pour le mieux. A sa grande surprise, son homme lui demande en mariage, la preuve que l’amour est plus fort que tout. Cette performance de Sandrine Nnanga dessine les nouveaux défis qui se profilent à l’horizon pour elle et surtout que la suite sera très attendue pour un début prometteur et remarquable.

 

 

DÉCOUVERTE : CYANN, PÉPITE DU RNB QUI « ASSUME »

Cyann est un chanteur qui s’affirme et s’exprime dans le registre « RnB. Ses premiers pas dans la musique ne sont pas anodins et  hasardeux. Ce jeune camerounais chante et prend conscience de ses qualités, de son potentiel et des encouragements de son entourage l’encourage. Il ne baisse pas les bras et travaille sans relâche. Sa rencontre avec le producteur de musique Yannick Falzon est un moment décisif dans le début de sa carrière. Ce dernier travaille avec lui et le transforme en un artiste à la fois plein et accompli. Découvrons également la chanson et le clip Assume, sorti cette année au mois de mars.

Cette chanson a une connotation érotique et sensuelle.  Son message se résume à l’attachement, au rapprochement de deux êtres et au mystère de ce qu’est « faire l’amour ». Ce processus a un début et le clip nous le montre. Lui et une jeune demoiselle, ils se regarde, s’attirent réciproquement et se rapprochent. Une complicité se crée entre les deux et la suite se manifeste par l’acte naturel et connu de tous. Il décrit le corps de cette dernière, ses caresses, sa façon de bouger et sa silhouette. Après l’acte, il veut s’en aller mais elle le retient et lui demande d’assumer jusqu’au bout car elle a encore soif de plaisir.

NEW – ADS ET SPIDO EN MODE « WICKED »

Le groupe ADS est de la partie avec le nouveau single Wicked. Il a collaboré avec le rappeur Spido du label Kwata Boy Music. Le terme « Wicked » (en anglais) signifie en français « méchant » et ils partent de ce titre pour évoquer leur quotidien. Nous savons tous que le monde dans lequel vivent les uns et les autres, regorge des personnes de mauvaise foi qui n’éprouvent aucune pitié et aucune compassion lorsqu’ils s’enprennent aux innocents. Ils n’hésitent pas à leur faire du mal et les causer du tort. Ils s’inspirent de leur vécu, que ça soit au quartier ou dans le monde de la musique voire du showbiz. Des personnes cupides, hypocrites et avides qui sont prêtent à verser dans l’illégal au détriment de leur semblable pour satisfaire leur égo démesuré et égoïste. Des paresseux et des adeptes de la facilité qui se contentent de prendre par la force ce qui ne les appartient pas. Ils s’en accaparent avec violence au point de blesser ou d’ôter la vie de leur victime. Se nourrir des efforts des autres sans moindre la compassion relève tout simplement de la méchanceté. Le groupe ADS (Ad Dat Stand) est composé des artistes : Why Tomah, Dgodz Ndonyi, mologhost et enfin Spido  (bien qu’il apparaisse en featuring) a mis cette réalité en exergue avec son Rap afin que chacun prenne conscience.

La participation de Spido n’est pas des moindres. Sa musique fait partie de son vécu et des réalités de son milieu ambiant et de son quartier. Son expérience et sa connaissance de l’école de la vie sont un atout pour les artistes qui collaborent avec lui, en particulier « Wicked » de ADS. Son style est propre à lui et son apport lui permet d’être unique en son genre. Comme un prédateur, il ne lâche jamais sa proie et va jusqu’au bout de son objectif. Il n’oublie pas de signer et la marque de son spectre (musical) se dessine.